Vue aérienne du Chateau de Saint Aubin sur Loire Les communs du Chateau de Saint Aubin sur Loire Chateau de Saint Aubin sur Loire Potager du Chateau de Saint Aubin sur Loire
Saint Aubin sur Loire
Chateau de Saint Aubin
Accueil
Le Château Les extérieurs Galerie Restauration
Visites
Saint Aubin sur Loire

Restauration du chateauHistoires [Histoire du domaine] [Histoire des propriétaires]
Présentation du Château [Description] [Architecte]

L'architecte du Château

Issu d’une famille bourguignonne de charpentiers et arpenteurs depuis 1593, l’architecte Edme Verniquet naît le 10 octobre 1727 à Châtillon sur Seine (Côte d’Or-21) et décède le 24 novembre 1804 à Paris.

Son père, arpenteur du Roi en la maîtrise particulière des eaux et forêts de Châtillon, assure sa formation jusqu’à sa mort en 1751, date à laquelle Edme prend sa succession.

A la suite de son mariage en 1763, Verniquet part pour Dijon, où il côtoie de nombreux artistes (peintres, architectes, sculpteurs) avec lesquels il fonde un atelier connu quelques années plus tard sous le nom d’Ecole des Beaux-Arts de Dijon.

Durant cette période, l’architecte fait la connaissance de Georges Louis Leclerc comte de Buffon (Montbard 1707-Paris 1788), qui lui offre l’opportunité de venir travailler à Paris où le célèbre naturaliste deviendra son protecteur.

De la carrière extrêmement féconde en Bourgogne d’Edme Verniquet, nous avons peu d’éléments.

vue aérienne du chateau de saint aubin

En 1801, Verniquet dresse, alors qu’il brigue une place à l’Institut, l’Etat de plusieurs édifices construits par le citoyen Verniquet, architecte, mais les entreprises lui étant attribuées ne sont pas toutes répertoriées dans cet ouvrage, citons tout de même la façade Sud du château de Digoine à Palinges, le château du Vigneau et le château Sarrien à Bourbon-Lancy.

En 1772, Edme Verniquet s’installe à Paris où sa carrière va connaître deux axes majeurs : son métier d’architecte, tout d’abord, qu’il exerce principalement auprès de ses relations bourguignonnes ; mais également un projet conséquent auquel il consacrera une importante partie de sa vie (environs 30 ans) : le Grand Plan de Paris.

Au cours de sa carrière d’architecte, Verniquet participe à la construction de résidences particulières mais également à d’importants projets tels que la construction d’une aile de l’Abbaye aux bois et le plus colossal sans doute, le jardin du Roi pour lequel Buffon l’engage de 1780 à 1788 (date de la mort du naturaliste) en la fonction d’architecte, titre dont il n’état pourtant pas pourvu.

Georges Louis Leclerc avait entamé depuis 1734 d’importants travaux d’extension et de nombreux réaménagements auxquels participa Verniquet, tels le cabinet d’histoire naturel, la nouvelle galerie, le kiosque du labyrinthe ou encore l’amphithéâtre.

Parallèlement à ces entreprises, il achète en 1774, l’une des charges de commissaire général de la voirie.

Il se voit chargé de présenter au Bureau ses rapports concernant les affaires de grande voirie, pouvant lui-même accorder les autorisations de petite voirie, mais doit aussi procéder aux opérations d’alignement ordonnées par les Trésoriers et pour ce faire, le relevé de plans partiels des rues de Paris est nécessaire.

Jusqu’en 1774-1775, les commissaires se réfèrent encore au plan très détaillé de l’abbé jean Delarue daté de 1728, cependant les autorités ressentent le besoin de dresser un plan général et d’une grande précision géométrique.

Edme Verniquet s’attèle alors à cette vaste entreprise sans aucun soutien financier et ce, pendant 8 ans. Il faudra à l’architecte attendre 1783 et le programme d’embellissement et d’alignement des rues pour que ses travaux soient reconnus.

Ce plan fut le premier plan exact de Paris. Il servit de fond topographique à la plupart des plans du XIXème siècle et reste superposable aux plans actuels.


Chateau de Saint Aubin sur LoireChateau de Saint Aubin sur LoireChateau de Saint Aubin sur LoireChateau de Saint Aubin sur Loire